> > > > Bahreïn : Un cas de conscience pour la Formule 1

Bahreïn : Un cas de conscience pour la Formule 1

Alors que la situation au Bahreïn ne semble pas apaisée, Damon Hill estime que la Formule Un flirte avec la limite et appelle la FIA à reconsidérer le bienfondé du Grand Prix, prévu pour dans moins de deux semaines. La Fédération Internationale de l'Automobile assure quant à elle suivre la situation de près, chaque jour.

© DR© DR

Vif opposant à l’organisation du Grand Prix du Bahreïn en 2011, alors que le pays était frappé par un mouvement contestataire violemment réprimé par le pouvoir en place, Damon Hill se voulait cependant optimiste sur la tenue du Grand Prix en 2012, après avoir visité le petit royaume du Golfe en personne : « Je n’aime pas voir les gens se faire tirer dessus et être brutalisés. J’étais frustré que, l’an dernier, la Formule Un n’ait pas fait entendre sa voix sur ce qu’il se passait. [Depuis,] j’ai écouté de nombreuses personnes là-bas, y compris des témoins visuels. Je crois qu’ils font des changements pour le mieux » expliquait Hill dans les colonnes du Times, en janvier dernier. « Ça ne fait aucun doute qu’ils ont des problèmes, mais tous les pays en ont : nous avons eu des émeutes au Royaume-Uni, il n’y a pas si longtemps. »

Le Bahreïn avait d’ailleurs envoyé des signes d’apaisement en ordonnant un rapport d’enquête sur les évènements de février 2011, dont les conclusions, accablantes pour les forces de l’ordre, furent rendues publiques en présence du Roi. Par ailleurs, après avoir été licenciés pour leur participation au mouvement contestataire, les employés du Bahrain International Circuit furent réintégrés dans leurs fonctions amenant le monde de la Formule Un, au premier rang duquel Damon Hill, à penser que le Grand Prix 2012 pouvait être placé sous le signe de la réconciliation nationale : « Cette fois-ci, la Formule 1 peut aller au Bahreïn la conscience claire et pas seulement pour servir d’outil de propagande » estimait alors le champion du monde 1996.

Or, ces derniers temps, la situation dans le Royaume bahreïni ne semble guère propice à l’organisation d’un évènement sportif d’envergure internationale. Ainsi, le 31 mars dernier, Ahmed Ismail Hussain, ‘’journaliste-citoyen’’ bahreïni a été abattu alors qu’il filmait les forces de l’ordre en train d’utiliser les gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc pour disperser une manifestation qui se tenait dans le village de Samabad. D’après le Bahrain Center for Human Rights, le jeune homme de 22 ans aurait été la victime de forces armées qui tiraient, elles, à balles réelles, depuis des véhicules banalisés. Alors qu’en 2011 Reporters Sans frontières classait le Bahreïn comme l’un des dix endroits les plus dangereux pour les journalistes, le 14 février dernier, à l’occasion du premier anniversaire des protestations, Mazen Mahdi et Muhammad Hamad, photographes officiants respectivement pour l’agence DPA et Reuters étaient la cible de tirs lacrymogènes tout comme Simeon Kerr, correspondant pour le Financial Times, alors qu’ils couvraient la charge des forces de l’ordre sur un convoi de manifestants qui se dirigeait vers la tristement célèbre Place de la Perle.

Ainsi, Damon Hill estime-t-il, dans les colonnes du Telegraph, que les choses sont désormais différentes : « Les protestations continuent et sont peut-être devenues encore plus déterminées et calculées. Ce sont des circonstances inquiétantes. Ce qui doit primer avant tout, c’est ce que pourrait être le coût humain si la course a lieu. […] L’opinion que j’ai formulée après ma visite de l’an dernier était basée sur ma compréhension de plusieurs facteurs : l’importance économique significative du Grand Prix du Bahreïn, la condamnation, dans un rapport d’enquête, des actes de la police et des forces de sécurité, alors que les deux parties devaient prendre part à un dialogue significatif pour résoudre, pacifiquement, les problèmes. Dans ces conditions, on pouvait imaginer que le Grand Prix aurait pu être d’une grande aide pour aider le Bahreïn à se redresser. Cependant, avec moins de trois semaines avant de nous y rendre, les conditions ne semblent pas s’être améliorées à en juger par ce que rapportent les journaux en Europe, les réseaux sociaux et la télévision Al Jazeera. »

Conscient de l’enjeu, le mouvement protestataire n’hésite plus à menacer le Grand Prix, les murs du pays se bardant de graffitis invitant au boycott du Grand Prix. Sur Twitter, les protestataires se mobilisent contre l’organisation du Grand Prix avec les hashtags #BloodyF1 et #NoF1, alors que circule sur Youtube une vidéo montrant un jeune manifestant, vêtu d’un linceul blanc et d’une cagoule noire, incitant la Formule 1 à reconsidérer le bienfondé du Grand Prix : « Nous nous opposons à la tenue d’un évènement sportif qui nie le sacrifice de nos enfants et ignore nos souffrances et nos blessures. […] N’entachez pas la réputation d’un sport respecté, du sang des victimes du Bahreïn. »

Damon Hill craint d’ailleurs que le Grand Prix serve de prétexte au renforcement des mesures de répression : « Ce serait un mauvais scénario, négatif pour la F1, que de voir la loi martiale renforcée afin de permettre la course. Ce n’est pas l’image que devrait renvoyer ce sport. Aujourd’hui, il faut reconnaître que la course pourrait davantage créer de problèmes qu’en résoudre » estime le Britannique. « La récente réunion pour recueillir les soutiens pour la course autour de l’idée d’un évènement fédérateur a été troublée dans la mesure où l’on a essayé de dire que les manifestations au Bahreïn étaient le résultat d’une mauvaise presse et étaient un problème de « jeunes ». […] Je dis simplement que nous devons faire preuve de prudence. J’espère que la FIA considère pleinement ce que ça implique et que la situation au Bahreïn ne ressemble pas à ce qu’on leur vend, à savoir une bande de voyous qui jettent des cocktails Molotov, parce que c’est une simplification grossière. […] Cent milles personnes ne risquent pas leurs vies pour protester sans raison. »

Après les déclarations de Damon Hill, un porte-parole de la FIA indique, auprès de l’agence Reuters, que la FIA « est en contact permanent avec les plus hautes autorités, les principales ambassades européennes et bien sûr avec les promoteurs du Bahrain International Circuit » : « La FIA est le garant de la sécurité des Grands Prix et s’appuie, comme pour chaque pays, sur les garanties formulées par les autorités locales. A cet égard, les plus hautes autorités du Bahreïn nous ont assurées à plusieurs reprises que toutes les questions de sécurité étaient sous contrôle. »

Richard Burden, parlementaire britannique, ne doute pas que les autorités bahreïnies « remuerons ciel et terre pour minimiser les risques pour les équipes » mais il craint lui aussi que « les dégâts à longs termes pour la réputation de la Formule Un et des sports mécaniques en général, soient considérables. » L’élu travailliste estime que Damon Hill a raison d’appeler les instances dirigeantes à la prudence : « Je dis cela en tant que fou de sports mécaniques et en tant que parlementaire avec un vif intérêt pour le Moyen-Orient. Depuis le mois de février 2011, 45 personnes sont mortes dans les rues de Bahreïn. La dernière victime a été tuée à balle réelle la semaine dernière seulement. Des centaines de personnes se sont rassemblées dans le cimetière proche de sa maison, à la périphérie de Manama, la capitale. Les informations indiquent que la police a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades étourdissantes dans la foule, provoquant la panique dans les rues. De telles scènes ne sont malheureusement pas inhabituelles. La situation au Bahreïn ne semble pas aussi grave qu’en Syrie et les équipes de Formule Un roulent dans d’autres pays où les droits de l’Homme sont bafoués, mais ça ne signifie pas pour autant que la F1 doive accepter de présenter au monde extérieur l’image d’une normalité réconfortante sur le circuit de Sakhir alors qu’il en va très différemment à quelques kilomètres de là. »

Pour sa part, Damon Hill tient à ce que les intentions de la Formule 1 soient claires, même s’il doute lui-même de celles-ci : « Si nous devons y aller, nous irons, mais il y a encore beaucoup de souffrance, de douleur et de tension au Bahreïn. Ce serait mieux pour la Formule 1 de dire clairement qu’elle comprend cela et qu’elle souhaite simplement le mieux pour tout le Bahreïn ou n’importe quel pays qu’elle visite. Je pense que la F1 flirte beaucoup avec la limite. Mais il y a une pensée encore plus troublante : ‘’La Formule Un ne joue-t-elle pas sur la corde raide pour des raisons purement financières alors que de jeunes gens mettent leurs vies en péril pour protester contre cet évènement ?’’ »


Sakhir, FIA et Hill Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
surboumpour4roues
surboumpour4roues :
.......c'est une énorme erreur de se rendre a Bahrein , heureusement il y a des gars comme Damon pour sensibiliser le danger que cela représente , pas forcement pendant l'épreuve mais après en répression.
Il y a 29 mois
Nioulargo
Nioulargo :
je trouve cela lamentable de maintenir ce gp. La FIA si on veut donner une responsabilité à un bouc emissaire, ou plutot les écuries, auraient du ou devraient refuser de s'y rendre ..

.tiens l'ex FOTA , au lieu de brasser du vent aurait pu ici servir à quelque chose...

.Bernie lui ramasse les $ alors le respect des peuples......il n'en a cure sinon il ne serait pas aller chercher certains pays qui sont actuellement au calendrier comme le prochain par exemple.....
Il y a 29 mois
JoeLaFrimousse
JoeLaFrimousse :
Moi je suis partagé. En effet, compte tenu du climat qui y règne ça sonne tel un affront, que d'aller s'afficher là-bas. Mais on en oublie aussi que dans une semaine on sera en Chine, pays où les droits de l'homme sont une notion toute relative. Et j'en passe, par manque de culture... Enfin je pense que si on se base sur de telles considérations "philanthropes", c'est la moitié du calendrier F1 qui disparaitra : l'Espagne est en crise grave (2 GP en moins), Spa survit (1), Monaco est un déballage incommodant, etc... J'ai plutôt l'impression qu'on stigmatise, alors qu'en toute honnêteté le "problème" (d'éthique du moins) est bien plus vaste.
Il y a 29 mois
Fab007
Fab007 :
Encore une fois la F1 n'a jamais eu beaucoup de considérations éthiques avant : l'Argentine, l'Espagne, le Brésil sous des régimes autoritaires, l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid, les Etats Unis du temps de la ségrégation, la Chine... Elle sera en Russie bientot.

La véritable différence aujourd'hui, c'est que l'opinion internationale a pris fait et cause pour les "révolutionnaires" et qu'il est donc difficile de ne pas y aller sans y penser. Le problème, c'est que le GP en lui-même peut être soit la vitrine d'un régime qui veut prouver, par son biais, qu'il sait maintenir l'ordre sur son sol, soit la vitrine d'une contestation qui veut perturber un évènement d'ampleur internationale pour faire passer son message.

Encore une fois, à mon sens, la F1 ne devrait pas y allé, mais pas parce que ce serait indécent, mais parce qu'elle pourrait se faire instrumentaliser par n'importe quel camp. Quelles que soient les considérations derrière lesquelles on se place, la valeur qu'on accorde à telle ou telle idéologie ou principe, aucun ne vaut la peine que l'on se serve d'une course pour en faire l'apologie ou la promotion.
Il y a 29 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus d'un an. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.